Roncq : « Qu’on retrouve le sens des vrais jumelages »
Partager
Partager
05 Novembre
« Qu’on retrouve le sens des vrais jumelages »
« Qu’on retrouve le sens des vrais jumelages »
Dans le cadre de la venue de l’ancien Premier Ministre malien à Roncq le 5 novembre, l’après-midi était consacré à une table ronde à laquelle étaient conviés des représentants d’associations de coopération-jumelage ainsi que de nombreux Maliens. Des préoccupations pratiques ont été mises en exergue : comment convaincre les compagnies aériennes de reprendre la ligne vers l’aéroport de Kayes, quand une liaison ferroviaire permettra de se rendre à Bafoulabé ?... Les questions ont porté aussi sur le calendrier électoral, le temps d’apprendre que Moussa Mara pourrait se présenter à la Mairie de Bamako (il avait déjà été élu Maire de la commune 4 de Bamako), voire à l’élection présidentielle malienne.
Si les débats ont porté comme le matin sur les moyens d’une mise en œuvre efficace d’un co-développement économique entre la France et le Mali, ils ont aussi fait état des attentes en matière de développement des réseaux d’électricité ou d’assainissement – « la région de Kayes sera dans les cinq années à venir la mieux desservie en électricité du Mali ».
Vincent Ledoux, Député-Maire et vice-président de la Métropole Européenne de Lille chargé de l’économie et de l’emploi, en appelle à une réorganisation de l’aide française au développement. « Il faut que nos amis maliens soient mieux armés en matière d’éducation, de santé… le monde n’attend pas et le 1er objectif est le développement économique, il faut faire œuvre de pédagogie, il faut tout faire pour que vous puissiez trouver les moyens de votre développement ».
Autre question abordée : comment permettre un meilleur retour des migrants maliens dans leur pays ? « J’ai été surpris quand j’étais Premier Ministre de découvrir que dans la politique d’immigration malienne, il n’y a pas de lutte contre l’immigration illégale », a témoigné Moussa Mara, « comment faire alors pour lutter contre la dynamique de départ des migrants ? »
Vincent Ledoux a conclu cette table ronde en encourageant les Maires à créer des « effets d’entraînement » pour que « la France reprenne sa place en Afrique en faisant tomber des clichés et des tabous, en redonnant aux jumelages un sens et en trouvant la capacité à mettre les gens d’ici et de là-bas en réseau. Les axes de progrès à mettre en action sont colossaux. Mais n’oublions pas que les meilleurs ambassadeurs, c’est nous, ce sont aussi les étudiants étrangers qui étudient dans les universités lilloises, il faut s’appuyer sur les réseaux que nous formons ».
DERNIERS ARTICLES
Tél. 03 20 25 64 25 - Fax 03 20 25 64 00
© Mairie de Roncq - 18, rue du docteur Galissot CS 30120 59436 RONCQ Cedex